INTERNET 

Robert Pelleing

 

      Internet est un moyen de communication qui ouvre probablement un nouveau type de civilisation. C’est un formidable outil donnant accès à toutes les informations actuellement disponibles et à tous les échanges possibles.

      Or nous avons vu que l’humanité n’existe en tant que telle qu’à travers la communication et que toute amélioration des moyens de communication fait évoluer l’humanité (revoir mes documents sur Wallon et sur l’Aventure humaine).

      Mais  face à ces avantages indéniables et exceptionnels d’internet existent des dangers, comme pour tout progrès technologique.

      Le libre accès à toutes les connaissances pose le problème de l’assimilation de cette masse de connaissances. Il est impossible de toutes les structurer et donc de les assimiler. Or la structuration des connaissances afin de les assimiler est le but de l’enseignement et l’objectif des enseignants (voir mon texte sur Piaget). Mais chez l’adulte aussi l’accumulation des connaissances risque de destructurer les connaissances déjà acquises, d’où perte des acquis-

      Il semble que l’on n’ait pas pris conscience du problème.

      Chez les éducateurs (les parents surtout), comment à travers toutes les valeurs accessibles à l’enfant et à l’ado faire émerger des valeurs structurées pour dégager une intime conviction qui lui permettra de bâtir un projet d’avenir ?

      Même problème pour les enseignants en ce qui concerne les connaissances. Comment renforcer les connaissances de base et structurer les nouvelles connaissances ? Cela me rappelle un ado venu me voir pour soi disant faire des maths, mais qui était venu en réalité pour que je lui explique la relativité qu’il avait découverte et qui l’intéressait. Je lui ai expliqué que l’étude de la relativité exigeait des connaissances mathématiques au moins de niveau universitaire (il était en troisième). Il a été très déçu.

      Pourquoi apprendre l’orthographe puisque l’ordinateur corrige les fautes ? Car l’élève croit l’ordinateur intelligent, on le dit si souvent ! Or l’intelligence suppose l’affectivité, qui est née chez l’être humain du besoin vital de communiquer (voir mon texte sur Wallon). Les animaux n’ont pas d’intelligence, car ils ne peuvent communiquer, sauf par geste ou par imitation, ou par un comportement inné ou acquis, que nous appelons alors intelligent : un singe, après de très nombreux essais dus au hasard, arrive à casser une noix avec une pierre, un autre singe le voit faire, essaie de l’imiter, et peut y arriver. Il a appris par mimétisme et non par un acte raisonné, car le premier singe ne peut pas expliquer son geste au second. L’être humain, lui, peut expliquer. L’ordinateur est une machine électrique qui obéit automatiquement à des programmes élaborés par l’être humain, grâce à la numération binaire et l’algèbre de Boole, qui peuvent se transcrire par des courants électriques. Or corriger une faute d’orthographe suppose entrer dans la pensée de l’auteur, ce que l’ordinateur ne peut pas faire. Par exemple si vous écrivez ‘’ L’élève, loin de ses parents et de ses camarades, chantent ‘’ l’ordinateur ne vous signalera pas une faute. Il vous est souvent arrivé d’ailleurs de voir une faute signalée alors qu’il n’y en avait pas (ci-dessus, après Boole, peuvent m’est signalé comme faute et corrigé par peut !). 

      Et les psychiatres ? Comment l’enfant, assailli de valeurs différentes et parfois contradictoires, va-t-il construire sa psyché ? Comment vont se développer son surmoi, son inconscient ? Que devient son Œdipe ?

      Pour les politiques enfin, comment établir des règles de vie pour la nation acceptables par la majorité, et comment les faire respecter ?

Comment donc, dans tous les domaines établir des structures utilisables et fécondes ?      Car actuellement internet est incontrôlable avec les ordinateurs disponibles à la maison, à l’école (à tous les niveaux), chez les copains, dans les cybercafés,… Quels moyens de prévention inventer ?

 

      Pour tous, le problème est le suivant : comment intégrer internet dans le quotidien, pour en tirer le maximum de profit et éviter, ou réduire, les dangers ? Sachant de plus que celui qui a internet chez lui est avantagé par rapport à celui qui ne l’a pas.

Ce site, au service du mouvement ICEM34 - pédagogie Freinet, en est à sa troisième évolution (voir : Histoire du site).

Site réalisé par Cédric Serres et Pierre Cieutat, dessins et logo  par Lois René, bandeau par Cécile Dumas.

Contacter les administrateurs

Site réalisé sous Joomla à l'aide de Template creator (merci Cédric) et hébergé chez OVH
Association ICEM34 - association loi de 1901 enregistrée à la préfecture de l'Hérault