Chaque séance d’analyse de pratique est placée sous la tutelle d’un animateur. L’animateur est un membre du groupe, pas le même de séance à séance. Celui-ci se porte garant du bon fonctionnement de la séance, aussi bien dans son déroulement que dans le respect des règles de l’analyse. Cependant, c’est avant tout l’authenticité et l’intégrité de chacun qui rendront ces moments formateurs pour tous.

 

Les règles des séances d’analyse de pratique

 

Pour l’exposeur :

 

Parler d’une situation en se risquant à faire entendre devant le groupe des éléments narcissiquement peu gratifiants ;

Accepter de montrer ses difficultés sans les déguiser ou encore, en ayant le courage de sa propre bêtise ;

User d’un droit de veto si les échanges deviennent trop difficiles à entendre ;

Respecter les règles de déroulement de la séance.

 

Pour les écoutants, les autres membres du groupe :

 

Garder pour soi et s’interdire de communiquer des éléments qui pourraient porter préjudice aux personnes du groupe (principe de confidentialité des propos) ;

S’interdire de formuler un jugement de valeur sur la personne qui expose la situation ou sur celles qui interviennent dans la situation ;

Se priver de toute intervention qui ne ferait que substituer son problème ou ses solutions aux problèmes et aux approches de l’exposeur ;

Demander la parole avant de la prendre et ne pas interrompre celui ou celle qui parle ;

Accepter l’éventuel droit de veto de l’exposeur ;

Respecter les règles de déroulement de la séance.

 

Le déroulement d’une séance d’analyse de pratiques

 

1ère partie : mise en place des déterminants de la séance

           

Organisation spatiale de la séance

Choix d’un exposant (parmi les propositions émises et sur consensus de groupe)

Présentation du déroulement

Temps d’expression : « Qui veut dire quoi avant de commencer ? »

 

2ème partie : prise de parole de l’exposeur

           

            Dans cette phase, celui ou celle qui prend la parole la garde sans être interrompu par les membres du groupe. Il peut-être intéressant que cette intervention soit guidée par un écrit rédigé avant la séance. La présentation de la situation éducative suit les quatre étapes suivantes :

  1. Explicitation de la situation, de ce qui s’est objectivement passé, des évolutions, des régressions, de divers témoignages, … en somme, c’est le moment où l’exposeur présente de la manière la plus complète possible la situation qu’il souhaite livrer au groupe.
  2. Explicitation des sentiments qui naissent de la situation présentées : quelles sont les émotions qui en découlent ?
  3. Présentation des besoins de l’exposeur qui seraient à l’origine de ces sentiments
  4. Formulation d’une demande faite au groupe : « En tant que personne, qu’est-ce que j’attends de celles qui se trouvent ici et maintenant ? » Une séance d’analyse de pratique ne peut en aucun cas se substituer à une analyse psychothérapique, la formulation de cette demande dirige les échanges qui suivent, indiquent aux membres du groupe ce que l’on attend d’eux et sécurise l’exposeur quant aux éventuelles dérives des échanges.

Il paraît propice aux échanges que l’exposeur formule au moins une question afin de garantir la nature des recherches faites par le groupe.

 

3ème partie : questionnement de la situation présentée

           

            Dans cette partie, chacun peut interroger l’exposeur pour obtenir des informations visant à la clarification de la situation présentée. Ces éclaircissements peuvent concerner une mauvaise compréhension des propos tenus ou un défaut d’information. Il s’agit d’une phase de recherche d’indices. A la fin de cette partie, l’animateur donne la parole à l’exposeur.

 

4ème partie : recherche d’hypothèses

           

            Dans cette partie, l’exposeur se place en situation d’écoute. Les membres du groupe constituent une communauté d’entraide pour l’élaboration d’hypothèses. Ainsi, on ne s’adresse pas à l’exposeur, on ne lui dit rien, on ne lui demande rien, on ne l’interpelle pas. Il est présent, écoute et retient ce qui lui convient.

Cette partie débute par un tour de table où chaque écoutant formule, s’il en a une, une hypothèse. Un débat s’engage ensuite entre les différents écoutants.

 

5ème partie : recherche de confrontation des hypothèses

           

            Au terme de la recherche d’hypothèses, chacun présente celle(s) qui lui semble la plus efficiente, la plus correspondante de son point de vue à la situation entendue. Chacun s’efforce de préciser les raisons qui l’ont conduit à élaborer son hypothèse, que ce soit de la résonance (le fait de se retrouver dans l’expérience d’autrui) ou de l’empathie (la capacité à se mettre à la place de l’autre, à ressentir ce qu’il a ressenti, à s’identifier à lui.)

 

6ème partie : expression des satisfactions

           

            L’exposeur, s’il le souhaite, peut reprendre la parole et indiquer, sans conclure, ce qu’il pense des hypothèses fournies. Les membres du groupe peuvent également verbaliser le niveau de difficulté auquel ils ont été confrontés pour apporter leur contribution.

Cette partie a également pour visée l’évolution du protocole employé par le groupe. Ainsi peuvent être décidées des modifications de fonctionnement.

 

 Les séances d’analyse de pratiques professionnelles se veulent des moments de formation pour tous et ne bornent pas leur impact aux seules limites temporelles de la réunion. La plupart du temps, ce n’est que de retour dans les classes et devant des situations congruentes que les évolutions personnelles apparaissent et interviennent.

 

Ce site, au service du mouvement ICEM34 - pédagogie Freinet, en est à sa troisième évolution (voir : Histoire du site).

Site réalisé par Cédric Serres et Pierre Cieutat, dessins et logo  par Lois René, bandeau par Cécile Dumas.

Contacter les administrateurs

Site réalisé sous Joomla à l'aide de Template creator (merci Cédric) et hébergé chez OVH
Association ICEM34 - association loi de 1901 enregistrée à la préfecture de l'Hérault