Comment faire pour aider des enfants qui vont en SEGPA dans l'après CM2 ?- nov 2009

Présents : Pierre Cieutat, Cédric Serres, Isabelle Razoux, Isabelle Huchard, Claudine Vaugelade, Nicolas Coestier, Benoît Guerré, Marité Le Villain, Estelle Schell, Sylvie Matet, Emilie Crimée (parent d’élève du 34), Carole Futéral.

En pratiquant la pédagogie coopérative, nous faisons le pari que tous les enfants sont éducables. Le sentiment que nous ressentons lorsque nous proposons à un enfant de continuer sa scolarité en SEGPA plutôt qu'en 6ème générale c'est de le disqualifier pour la suite de sa scolarité. D'autres pensent plutôt le protéger du "rouleau compresseur" qu'est le collège pour un enfant en difficulté.

 

 Envoyer un élève en SEGPA, cela demande trois conditions :

-qu'il a un niveau d'environ mi-CE2,

-qu'il a un an de retard,

-qu'il soit faible lecteur.

D'autre part, la gestion du dossier se fait maintenant par la maison du handicap, c'est une assimilation très difficile à présenter aux parents. Peut-on être handicapé car l'intelligence scolaire (comprendre celle développée par l'école) n'est pas suffisamment développée ? L'école ne favorise pas les autres formes d'intelligence, quand elle ne les occulte pas.

Après la SEGPA, les débouchés sont principalement un BEP (40% de réussite) les autres passent au CFA et autres formations qualifiantes, 5% seulement sortent de la SEGPA sans qualification. Un certificat équivalent du Brevet des collèges clos la scolarité en SEGPA qui dure 4 ans, dont 2 en préparation du BEP, avec des ateliers plus pratiques comme le jardinage, la couture, la maçonnerie... Les débouchés en terme de contrat de travail sont assez faibles et dépendent surtout du réseau que certains enseignants arrivent à construire à la longue. 

Chaque SEGPA étant différente, elles ont un fonctionnement propre correspondant aux relations qu'elles nouent avec les équipes du collège dans lequel elles sont intégrées, le premier conseil à donner lors d'une orientation, c'est d'aller visiter les SEGPA concernées. Pour certains parents de milieu ruraux, lorsqu'ils voient la SEGPA dans une ZEP, entourées de barres d'immeubles, c'est une cause de refus d'orientation.

Lorsque le problème de l'orientation se pose, en fin d'année de CM2, il est bien trop tard pour présenter un élève pour la SEGPA, très souvent ils sont donc "déterminés" dès le CM1 voire même avant, en cause des grosses difficultés dans l'apprentissage de la lecture, dans le suivi des matières très scolaires, dans la compréhension des consignes. Il ressort que c'est la rencontre entre l'enfant et le système qui n'a pas eu lieue. 

Il est clair également que les critères d'orientation dépendent également du milieu dans lequel évolue l'enfant. L'enseignant en général pressent que le collège, dans son organisation actuelle, est un danger pour l'enfant en difficulté, et quelquefois l'orientation en SEGPA offre une ouverture pour des enfants ayant besoin d'un milieu éducatif fort. 

Le collège devrait se transformer, celui qu'on appelle le collège de la 3ème république, devrait devenir enfin celui de la 5ème. Les enseignants de collège sont encore trop focalisés sur ce qu'ils doivent enseigner plutôt que sur ce que savent les enfants et les faire progresser. Les pratiques coopératives et la différenciation pédagogique sont bien entendu les fers de lance d'une réforme obligatoire de cette institution. Il y a un réel échec du collège avec plus de 60% des élèves de la Paillade qui partent en spécialisation avant la fin du collège. 

Ce site, au service du mouvement ICEM34 - pédagogie Freinet, en est à sa troisième évolution (voir : Histoire du site).

Site réalisé par Cédric Serres et Pierre Cieutat, dessins et logo  par Lois René, bandeau par Cécile Dumas.

Contacter les administrateurs

Site réalisé sous Joomla à l'aide de Template creator (merci Cédric) et hébergé chez OVH
Association ICEM34 - association loi de 1901 enregistrée à la préfecture de l'Hérault