L'intention en Pédagogie

J’ai été interpellé par un article de V. Decker dans le Nouvel éducateur n°204 qui dénonçait la récupération et la dénaturation de certains concepts ou outils des pédagogies actives et Freinet comme les compétences, le temps individualisé et de soutien, les projets.

On pourrait aussi ajouter les caisses coopératives d’école qui étaient à l’origine des outils d’émancipation pour les élèves des classes et qui sont devenus, dans la plupart des cas, des cadres pour que les adultes gèrent de l’argent à l’école…

Les mots et les outils ne sont ni bon ni mauvais. Ce qui est vraiment déterminant c’est l’intention qui existe dans la mise en place des outils ou des concepts. La pertinence ou la valeur d’un outil n’existent pas en tant que tel. Avec un marteau je peux construire une maison, ce qui est plutôt jugé positivement, ou tuer sauvagement quelqu’un…

Le fait d’être instit. m’oblige à mettre en œuvre des outils, des techniques ou des concepts. Ce sont les effets de ces mises en œuvre qui seront  à apprécier. L’analyse de ces effets me permettra d’une part d’affiner, d’adapter au groupe classe que j’ai avec moi en ce moment et d’autre part de révéler la réalité des intentions qui sous-tendent mon action.

Par exemple, si je mets en place un conseil pour augmenter l’étendue du contrôle sur la classe, cela se verra sur le moyen terme au style du conseil qui existera. Si j’en suis satisfait, cela s’intégrera dans mon dispositif pédagogique. Si il y a un écart avec l’intention que je pensais avoir, cela pourra, avec du recul, m’aider à mettre à jour mes véritables intentions ou mes représentations.

Pierre Cieutat

Ce site, au service du mouvement ICEM34 - pédagogie Freinet, en est à sa troisième évolution (voir : Histoire du site).

Site réalisé par Cédric Serres et Pierre Cieutat, dessins et logo  par Lois René, bandeau par Cécile Dumas.

Contacter les administrateurs

Site réalisé sous Joomla à l'aide de Template creator (merci Cédric) et hébergé chez OVH
Association ICEM34 - association loi de 1901 enregistrée à la préfecture de l'Hérault